Vous avez des questions ? Contactez-nous

Login


Register | Recover Password
 

Comment prendre soin des moteurs marins diesel …

Comment prendre soin des moteurs marins et des principales composantes qui vous procurent de la propulsion.

Cet article se rapporte surtout aux moteurs diésels dans un contexte de propulsion avec des arbres d’hélice. La page couverture représente le compartiment moteur du Pershing 108 (première photo également).

moteur_Riva

Chambre des moteurs, Riva Domino 86, 2 moteurs MTU 16V 2000 M93 (4870 HP total)

Vous pouvez probablement facilement imaginer qu’il est possible que c’est votre mode d’opération des moteurs marins qui causent les problèmes ou les défaillances de vos moteurs dans vos bateaux. Ils ne réagissent pas comme les autres moteurs qui vous sont familiers, telles les moteurs automobiles par exemple. Il est donc important de modifier sa façon d’opérer les moteurs marins de manière à ce qu’ils soient toujours opérationnels lorsque vous devez faire une randonnée sans aucune défaillance. Pour ce faire, voici une série d’instructions qui va contribuer à maintenir vos moteurs marins en bon état. Dans certains cas, les erreurs sont dûes à la négligence ou au manque d’information de ces petits détails qui peuvent prolonger la vie de votre moteur marin.

1- Tout d’abord, nous devrions commencer à revoir notre manuel d’utilisation fourni par chacun des manufacturiers des moteurs marins parce que les modes d’opération de tous ces fabricants ne sont pas égaux. Le manuel d’utilisation va répondre aux aspects  techniques et préciser entre autres le type de filtre à huile du moteur, la quantité d’huile dans le moteur, les pièces d’origine dont ils ont besoin … même quelques suggestions utiles pour différentes anomalies qui peuvent survenir. Comme par exemple, le niveau de l’huile est particulier à chaque moteur marin, il ne se vérifie par comme celui des moteurs d’autos.

2- Une des erreurs les plus fréquentes qui affectent la vie du moteur (et des principales composantes reliés comme les transmissions) est de changer les vitesses violemment. Surtout dans les manœuvres de stationnement dans les marinas en raison parfois des conditions du vent, du manque de pratique, etc… À cet égard, il est important d’attendre une seconde avant de changer de la position marche avant à la position marche arrière. De même, vous ne devriez pas faire une mise en accéléré des moteurs à la position neutre de vos moteurs au démarrage comme à l’arrêt.

3- Il ne faut surtout pas que quelque chose empêche la bonne révolution des hélices de propulsion, comme par exemple des cordages qui peuvent s’enrouler dans le système de propulsion sous l’eau. En ce sens, nous devons être prudents, car vous pouvez endommager les arbres (le support des shafts et ses composantes), transmissions et par le fait même la motorisation. Il existe des systèmes de coupe corde installée sur les shafts afin de prévenir les dommages. De même, vous devez faire un bon entretien des anodes (et oui pour les moteurs) qui doivent être renouvelées périodiquement afin de diminuer la corrosion naturelle de fonctionnement du moteur.

4– Vous devriez démarrer vos moteurs périodiquement et même si vous ne faites pas de balades. Cela va favoriser le graissage des pièces et composantes internes du moteur. Évitez également que votre compartiment moteur ne soit trop humide. Respectez la consigne des changements d’huile et des différents filtres tel que recommandé par le manufacturier du moteur. Vérifiez la qualité du liquide de refroidissement. Assurez-vous que la puissance électrique (batteries) est parfaite afin d’avoir un démarrage facile des moteurs et que l’alimentation électrique des moteurs soit conforme en tout temps. Également, il est impératif de démarrer la motorisation plusieurs minutes avant le départ pour la navigation parce que vous pourriez causer des dommages graves à vos moteurs.

5- Une façon simple de localiser les problèmes potentiels dans le moteur, c’est d’être à l’écoute des bruits ou des vibrations plus intenses que la normale. A partir du moment où vous allez vous familiariser avec votre moteur, vous allez prévenir efficacement les problèmes potentiels. En effet, il faut être attentif aux éventuels défauts comme un glissement de la courroie, un ronronnement anormal ou non habituel, les fameux impallers (sea water pump) qui pompent l’eau dans le système de refroidissement, les filtres (strainers) à l’entrée d’eau qui peuvent être obstrués et qui vont diminuer le volume d’eau pour refroidir le moteur ou si vous utilisez un carburant douteux, voire de mauvaise qualité.

Il existe également des alarmes sonores qui sont programmées pour avertir dans le cas d’un problème de pression d’huile ou de température afin d’éviter d’endommager des composantes importantes. Idéalement, vous devriez agir avant les alarmes en surveillant vos cadrans et tous les systèmes dédiés à la surveillance des systèmes de propulsion.

Le compartiment moteur doit être bien ventilé, habituellement, vous avez un système qui aspire de l’air frais dans le compartiment moteur et un autre qui expulse l’air à l’extérieur. Assurez-vous que ces systèmes fonctionnent adéquatement.

CONCLUSION

 

Par conséquent, si vous n’êtes pas familier avec tout ça, faites vérifier pendant la saison et selon l’utilisation du bateau, l’état de tout ce qui trouve dans votre compartiment moteur par un spécialiste en qui vous avez confiance. Posez des questions, mettez-vous en mode formation lorsque votre mécanicien est à bord.

Consignez dans un livre de bord tout l’entretien que vous effectuez sur votre bateau et même, conservez toutes vos factures, cela vous sera grandement utile lors de la revente de votre bateau.

Tenez votre compartiment moteur propre, vous aurez donc plus de facilité à constater les fuites et il sera plus agréable d’y aller pour vous comme pour votre mécano.

N’hésitez pas à utiliser de l’huile de meilleure qualité que celle qui vous est proposée par le manufacturier. Prenez soin de votre moteur et de ses composantes, il vous le rendra par des randonnées en toute quiétude. Vérifiez toujours vos filtreurs de carburant (ainsi que vos filtres à air), c’est essentiel et vital pour chaque moteur. Les bons manufacturiers les rendent facilement visibles, accessibles et surtout de maniement facile, surtout en regard de l’eau qui ne fait vraiment pas bon ménage avec les moteurs diésels.

Lors de l’achat d’un bateau, voire un yacht, portez attention aux informations disponibles au sujet moteurs à savoir les écrans d’affichages analogique et numérique des données importantes sur l’état des moteurs. Vous allez les apprécier grandement lors de vos randonnées.

À défaut d’avoir ces données sur des écrans spécifiques dédiés aux moteurs, demandez à ce que vos instruments de navigation électronique (écran multifonction GPS Raymarine, Furuno, Garmin, Simrad) soient reliés aux différents bus de communication des moteurs.

Les grands manufacturiers de bateaux ou yachts comme le Groupe Ferretti utilise toujours des moteurs diésels de type common rail, soit les plus avancés technologiquement.

Ils sont plus légers, consomment moins de carburant, font moins d’émissions, sont beaucoup plus silencieux et provoquent moins de vibrations.

Il est important de toujours visiter le compartiment moteur d’un bateau afin de vérifier les mesures qui ont été mises en place par le manufacturier pour bien insonoriser le compartiment, le ventiler et aussi pour vérifier son ergonomie et la qualité de ses composantes. Un manufacturier (constructeur de bateau) peut aisément faire des économies dans le compartiment moteur et trop souvent les futurs propriétaires négligent cet aspect.

Le motoriste est rarement en cause; celui-ci livre le moteur au constructeur de bateau sur une palette, mais c’est le constructeur qui va par la suite concevoir et relier celui-ci à tous les autres systèmes en utilisant des matériaux et des mécanismes qui seront à l’image de sa réputation.   Ne l’oubliez pas, il faut considérer cet aspect dans votre grille d’évaluation.

Pensez également à demander un examen des huiles (en laboratoire) lorsque vous pensez acquérir un yacht d’occasion. Un bon propriétaire qui pense prévention procède lui-même à une analyse des huiles afin de vérifier le bon fonctionnement de ses moteurs.

Toute l’équipe de Ita Yachts Canada et de Proprio-Bateau.com sont à votre disposition pour vous accompagner et vous guider dans vos choix. N’hésitez surtout pas à nous contacter pour tous vos besoins.

Moteur MTU 10V 2000 M94 (1623 HP) , Pershing 64

moteur_pershing

Print

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *